Carnet de bord de l’auto-édition: 3 mois en tant qu’auteur indépendante

Auteur indépendante: bilan après 3 mois d’auto-édition

Cet article dresse un bilan de mes 3 premiers mois en tant qu’auteur indépendante auto-éditée. Tous les mois ce trimestre, je me suis fixé des objectifs à retrouver ici pour janvier, ici pour février et ici pour mars.

Pour rappel de l’historique: j’ai publié mon premier roman Les Invités de la Samain en mars 2015. N’ayant pas du tout travaillé sur sa promotion et ne m’étant pas intéressée à la thématique de l’auto-édition, j’exclus de ce bilan cette période où mon approche était clairement passive.

En juin 2016, j’ai fait la rencontre de Flamingo Editions sur les réseaux sociaux. On m’a proposé un contrat d’édition à compte d’éditeur pour ma saga de novellas Sorceraid. J’ai accepté ce contrat puis l’ai rompu en décembre 2017. Plus d’explications sur le pourquoi de cette séparation ici.

J’ai donc attaqué sérieusement l’auto-édition en janvier 2018. Mes priorités se sont portées sur:

  • L’écriture (naturellement)
  • L’apprentissage de l’auto-édition
  • La promotion des oeuvres déjà parues, notamment Sorceraid
  • Le suivi de mes ventes

Comme toujours, j’ai l’intention dans cet article de faire preuve d’une transparence totale, y compris sur mes chiffres de ventes.

Bilan de 3 mois d’écriture

3 mois, c’était à peu près ce dont j’avais besoin pour rédiger 2 épisodes de Sorceraid (sauf les 3 derniers, nettement plus longs). Au cours des 3 derniers mois, je n’ai cependant pas produit grand chose de nouveau. Ce premier trimestre 2018 a été marqué par de la relecture, quasi-exclusivement.

  • Relectures de toute la saison 2 de Sorceraid
  • Relecture des Invités de la Samain (Oghams tome 1). J’ai rédigé une liste des erreurs « de débutante » que j’avais commises ici.
  • Début de relecture de La Sorcière d’Eria (Oghams tome 2)

Les Oghams, j’y suis d’abord allée à reculons. J’ai souvent eu par le passé l’impression de traîner ce projet comme un boulet, l’ayant débuté trop jeune et ne parvenant pas à me débarrasser de certaines maladresses. C’est en train de changer. Avec Sorceraid (projet de 10 épisodes d’une longueur oscillant entre 120 et 200 pages chacun), j’ai affiné mon style d’adulte (vs le style adulescent des premières versions des Oghams) et je sais mieux ce que je veux. Petit à petit j’insuffle plus de « Léna Lucily » dans les Oghams, jusque-là encore trop « Louknaille » (nom sous lequel je postais des fanfictions, adolescente [note de la rédaction ;-)] ).

J’ai ressenti le besoin de produire quelque chose malgré tout, pendant ces 3 mois. J’ai donc mis sur papier les premiers passages d’un futur projet qu’il me tarde de pouvoir développer. Ou devrais-je dire, « mis sur matrice »? Car voici ce à quoi ressemble ce début d’histoire… dont vous êtes le héros.

adrenalivre

Je pensais qu’à fin mars, j’aurais également eu le temps de construire un plan détaillé du tome 3 des Oghams, qui a priori vu a s’intituler Les Enfants de Lug. Malheureusement, le travail de réécriture des tomes précédents a été plus ambitieux que prévu. Mais c’est une bonne chose! Je me réapproprie certains personnages, j’approfondis certains passages, j’en fluidifie d’autres et j’ai enfin l’impression d’avancer véritablement dans ce projet. Encore un petit effort et j’en serai même satisfaite !

Bilan de 3 mois à glaner des renseignements sur l’auto-édition

L’auto-édition, ça pourrait être un job à temps plein. On ne s’ennuie pas! Mais j’ai encore énormément de choses à apprendre et de frustration à chasser quand je vois l’ampleur du travail qu’il me faudrait abattre si j’en avais le temps.

En 3 mois, j’ai appris entre autres:

  • Que l’auto-édition n’est pas forcément qu’un plan B pour les auteurs refoulés à la porte des maisons d’édition. Le phénomène prend de l’ampleur et se professionnalise. Pour moi il s’agit d’un vrai choix et je ne suis pas la seule dans ce cas-là.
  • Qu’Amazon est un outil très puissant pour les auteurs indépendants. J’ai gardé un oeil sur les redevances liées à Kindle Unlimited (une sorte de Netflix de l’ebook proposé par Amazon). En mars, cela devrait me rapporter plus que mes ventes traditionnelles (achats d’ebooks et de livres papier). Cela implique certes de céder l’exclusivité à Amazon, mais j’avais déjà observé par le passé que Kobo et les autres plateformes n’étaient pas très rentables, du moins dans mon cas. Pas de regrets de mon côté !
  • Qu’en raison de Kindle Unlimited, la gratuité des ebooks n’est peut-être pas la meilleure solution. J’ai mis un prix sur Les Invités de la Samain, ça y est! Je ne pense pas que les lecteurs d’ebooks occasionnels soient si intéressés que cela par les gratuits. Les gens qui ne téléchargent que des gratuits, eux, ne les lisent pas toujours. Ils remplissent juste leur liseuse. Et je sais maintenant qu’il existe un autre type de lecteurs: ceux qui lisent tant qu’ils ont tout intérêt à souscrire à Kindle Unlimited pour 9€ et quelques. Pour ceux-là, tout le catalogue devient gratuit. Et moi, en contrepartie, je peux cumuler des pages lues qui se transformeront en redevances. Du moins je l’espère. Le changement est encore récent. J’attends de voir les résultats.
  • Qu’Amazon peut sélectionner certains ouvrages et les mettre en avant dans le cadre des offres flash quotidiennes si l’ebook est inscrit à KDP Select, qu’il coûte 2,99€ ou plus et que son prix n’a pas fluctué au cours des 4 derniers mois.
  • Que la question du statut de l’auteur de pose: créer une association ? Acquérir un statut d’indépendant ?  Ouvrir un vrai business, en somme, et déclarer son activité. Je n’y suis pas encore, loin de là.
  • Que le dépôt légal est obligatoire. Et oui! Je l’ignorais.
  • Que les groupes pour auteurs indépendants ne sont pas qu’un appel à la procrastination. J’aime particulièrement le groupe de Kiraya Kiki, Auteurs Amateurs et Publiés: Aide à l’écriture. C’est une mine d’or. J’aimerais participer plus mais entre mes romans et Facebook, j’ai choisi… Disons que je fais ce que je peux pour respecter l’équilibre « give and take ».
  • Que les éditions intégrales d’une saga semblent très bien fonctionner avec Kindle Unlimited. Chez moi, l’édition intégrale de Sorceraid Saison 1 génère des milliers de pages lues. L’intégrale saison 2 va sortir mi-avril, on verra si cette tendance se confirme.

Bilan de 3 mois de promotion

S’il y a un domaine pour lequel je ne suis pas satisfaite de ma performance sur ces 3 mois, c’est la promotion de mes livres. Heureusement que quelques chroniques de Sorceraid sont sorties dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus. Elles sont à retrouver dans la revue de presse.

J’ai quand même jeté un coup d’oeil au site Simplement.pro dont tout le monde semble parler et se réjouir. Pour en tirer quelque chose, j’ai l’impression qu’il va falloir se montrer proactif et contacter moi-même les blogueurs. Je suppose que j’aurais dû m’en douter! 🙂

Bilan de 3 mois de ventes

Je m’étais fixé pour objectif un gain d’environ 50€ par mois. Dans mon esprit qui au départ ne connaissait pas les redevances Kindle Unlimited (KU/KOLL), j’associais cela à environ 25 téléchargements d’épisodes simples de Sorceraid (par opposition à l’édition intégrale) ou du tome 2 des Oghams. Néanmoins, dès mi-janvier, j’ai opté pour KDP Select et observé le potentiel d’Amazon pour les indépendants.

Comme le montre le tableau ci-dessous qui répertorie mes ventes, les redevances associées et le pourcentage que représente chaque source (ebook, brochés, KU), la part des pages lues dans mes redevances augmente et devient majoritaire.

chiffres Q1.JPG

Ces ventes sont portées par Sorceraid, naturellement, puisque depuis février, 2 nouveaux épisodes sortent chaque mois. Les pages lues proviennent quant à elle à 73% de l’édition intégrale de Sorceraid Saison 1.

Maintenant, nuançons un peu : les pages lues KU, c’est top parce que ça me rapporte pas mal, mais il faut garder à l’esprit que cela rapporte quand même moins par livre qu’un téléchargement traditionnel. Par exemple, un exemplaire de l’édition intégrale fait 804 pages normalisées par Kindle. Pour janvier, la rémunération à la page était de 0.004€ environ.

804 x 0.004 = 3,216€ VS redevance à 5.86€ pour l’achat d’un ebook. 3,216€ pour 5 épisodes soit plus de 600 pages, ça ne reste pas énorme ! Mais ma foi, je préfère être lue.

 

Je suis maintenant prête à attaquer le deuxième trimestre de l’année ! Au programme: tome 3 des Oghams, sortie des derniers épisodes de Sorceraid, et peut-être un peu de temps restant pour avancer sur le reste? Nous verrons.

A bientôt!

2 commentaires sur “Carnet de bord de l’auto-édition: 3 mois en tant qu’auteur indépendante

Ajouter un commentaire

  1. Je ne m’intéresse que de loin à l’auto-édition, pour enrichir ma culture gé. Mais votre site est super et j’ai appris plein de choses ! Donc merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :