Le Livre des Etoiles – Erik L’Homme, ou le plaisir de lire pendant les vacances

Retrouver le plaisir de lire pendant les vacances avec Le Livre des Etoiles, d’Erik L’Homme

J’en ai déjà parlé sur ce blog, il me semble: je lis peu et je le regrette. Pour les vacances, j’ai donc décidé de ne pas emporter mon PC, quitte à abandonner Erwan Segame et toute la bande pour une semaine. Etrangement (ou pas!), privée d’écriture, je me suis reprise au jeu de la lecture. J’ai notamment retrouvé le plaisir de lire avec Le Livre des Etoiles, d’Erik L’Homme (Gallimard Jeunesse).

Le Livre des Etoiles, c’est l’un de mes vieux classiques d’enfance, et pourtant, je n’en avais gardé que très peu de souvenirs. Des bribes sont revenues au fil de ma lecture. Je me suis fait 2 tomes en une semaine, ayant déjà relu le premier courant juin. Pour rappel, la trilogie se compose des titres suivants:

1 – Qadehar le Sorcier

2 – Le Seigneur Sha

3 – Le Visage de l’Ombre

2 tomes d’une saga pour enfants en une semaine, ce n’est pas beaucoup, me direz-vous peut-être. C’est toutefois plus que ce que j’ai pu lire au cours des 6 derniers mois. C’est dingue, comme le goût pour les histoires captivantes revient vite! Je suis étonnée d’avoir pu tourner les pages du tome 3 à une telle allure (en 2-3 heures, pour tout vous dire).

Guillemot et la clique: les retrouvailles avec de bons copains

Quand elle lit de nouveaux épisodes de Sorceraid, ma grande copine Bertille me dit souvent: « C’est chouette de tous les retrouver! ».

Quel beau compliment pour Nora Fawkes et les joyeux lurons de Sorceraid! Il n’y a rien de tel que de replonger dans un univers qui nous a plu et d’en redécouvrir la saveur. C’est ce qui s’est produit avec Guillemot et sa bande de copains si attachants. La dynamique du groupe est très bien construite, drôle et fondée sur cette amitié inébranlable qui caractérise toutes les belles histoires qui m’ont fascinée étant gamine. Guillemot, Ambre, Coralie, Romaric et Gontrand sont différents, se complètent, se jettent dans l’aventure sans un regard en arrière. Des petits héros comme on les aime!

Je trouve également le personnage de Qadehar très réussi. Figure paternelle charismatique, homme profondément tourné vers le bien mais plus accessible qu’un Dumbledore ou un Gandalf, il fait à mon sens partie de ces protagonistes que l’on aimerait soi-même créer.

Une piqûre de rappel du chemin à parcourir

« Sais-tu comment il faut graver ? Sais-tu comment il faut interpréter ? Sais-tu comment il faut colorer les Graphèmes ? Sais-tu comment il faut éprouver ? Sais-tu comment il faut demander ? Sais-tu comment il faut sacrifier ? Sais-tu comment il faut offrir ? Sais-tu comment il faut projeter?

Mieux vaut ne pas demander que trop sacrifier ; un don est toujours récompensé. Mieux vaut ne pas offrir que trop projeter… »

Le Livre des Etoiles, comme tous les bons récits que j’ai pu lire au cours des 3-4 dernières années, m’a donné une petite claque, une piqûre de rappel du chemin à parcourir avant d’être capable, à mon tour, de proposer une oeuvre d’une telle qualité (c’est qu’il en a vendu plus de 650 000, des exemplaires, sans parler des traductions en plus de 20 langues!).

C’est l’une des raisons expliquant pourquoi je lis si peu. J’ai toujours peur de me laisser influencer par les récits qui m’enflamment ou de voir mon moral sapé par le talent d’autres auteurs, auxquels je me compare.

Il y a du bon à tirer de toute situation, bien sûr. J’apprends en permanence. Voici 3 leçons tirées de ma lecture de l’été:

  • Je ne suis pas encore prête à écrire des romans jeunesse. Le style enfantin m’a parfois légèrement irritée et le rythme de récit va vite, très vite. Pas de pause descriptive, pas de considération existentielle. Je ne pense pas être à l’aise avec ce type d’écriture pour le moment.
  • Je veux créer des relations fortes entre mes personnages, à l’image de cette amitié qui fait tout le charme du groupe d’amis de Guillemot. J’ai conscience que cela manque un peu dans la Trilogie des Oghams. Pour Sorceraid, je pense avoir mieux réussi à créer des liens et dynamiques fortes entre les protagonistes (via l’équipe de Sorceraid, via Charlotte, via Jonathan ou via Nasir, notamment).
  • Je devrais continuer à lire et à apprendre de ceux qui réussissent, pour assimiler la substantifique moelle et l’aromatiser à la sauce Léna Lucily. Croix de bois, croix de fer, une fois les Oghams terminés, je ralentis le rythme d’écriture et j’attaque tous ces livres qui me narguent depuis mes étagères!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :