2

« Ses roues grincent fort sous le poids des corps, et sous le croissant de lune, annoncent « Ankou, Ankou », annoncent le roi des morts. »

 

Synopsis

Le Royaume de Brocéliande est en paix. La Grande Guerre s’est achevée cinq cents ans plus tôt, et si le Graal a disparu, si les druides ont fait tomber la magie des oghams dans l’oubli, les terres demeurent fertiles et les autorités se réjouissent de la stabilité politique du royaume.

Il suffit d’un rien, toutefois, pour briser l’harmonie. L’arrivée d’une délégation du Royaume de l’Est en vue des festivités de la Samain n’est pas du goût de tout le monde. Des voix s’élèvent contre la participation de cet ennemi ancien à la cérémonie la plus importante de l’année.

Alors que Brocéliande perd le contrôle, le jeune Erwan Segame trouve une raison de se réjouir de l’agitation ambiante : il rencontre Luan, cette fille impétueuse sans qui ses pouvoirs de sylphe pourraient bien rester enfouis à jamais.

🌳 Découvrir le premier tome sur Amazon (papier et numérique) 🌳

🔥 Découvrir l’édition intégrale (numérique) 🔥

 

Léna Lucily à propos de la Trilogie des Oghams

Avec les Oghams, cela a pendant longtemps été une relation d’amour et de haine. J’ai commencé ce projet pendant ma première année de classe préparatoire. J’avais 18 ans. J’ai écrit le premier tome avec beaucoup de passion mais les Invités de la Samain a longtemps conservé une lourdeur stylistique et des maladresses dans le scénario et la construction des personnages.

Les Invités de la Samain a dû faire l’objet d’au moins six relectures profondes (j’entends par là des relectures qui allaient au-delà des corrections stylistiques). A force de retravailler l’intrigue, j’ai fini par détester ce projet, voire à le cacher honteusement. Ne voyant pas mes efforts aboutir, j’ai même pensé arrêter l’écriture. Fort heureusement, Nora Fawkes (Sorceraid) m’a remise sur le droit chemin !

Forte d’une expérience nouvelle avec Sorceraid et d’une prise de recul plus longue, je me suis replongée dans l’univers des Oghams. J’ai discerné à quel point les découpages et retouches successifs avaient endommagé l’histoire. Il n’en restait plus qu’un patchwork peu harmonieux. J’ai retroussé mes manches et je m’y suis remise…

Achever la saga par un troisième tome qui est à ce jour le livre le plus long que j’aie jamais écrit m’a demandé beaucoup de détermination. Néanmoins, j’ai senti en le rédigeant qu’il prenait la forme que je souhaitais pour les Oghams. Enfin, j’avais l’impression d’écrire du « Léna Lucily », avec des personnes que je comprenais et que j’aimais.

Aujourd’hui, alors que j’écris ces lignes, j’ai vingt-huit ans. Dix ans se sont écoulés depuis la naissance d’Erwan Segame… et l’édition intégrale de la Trilogie des Oghams est devenu mon best-seller.

Une belle revanche, et un puissant rappel qu’il ne faut jamais baisser les bras ! 💪

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.