J’ai testé l’impression à la demande sur Amazon et publié mes livres auto-édités en version papier

Cela fait un moment que j’ai recours à l’impression à la demande pour publier mes livres en version papier. On trouve toujours dans son lectorat des amateurs de pages blanches qui sentent bon le livre fraîchement acheté! J’ai testé le service d’impression à la demande proposé par Amazon après des années de fidélité au site Lulu.com et j’en suis plutôt satisfaite.

Vous trouverez ci-dessous un avis plus détaillé sur la base de 5 questions:

  • L’impression à la demande, c’est quoi?
  • Pourquoi proposer une version papier de ses livres?
  • La qualité des impressions est-elle au rendez-vous?
  • Le service est-il facile à utiliser pour un auteur lambda?
  • Le service est-il intéressant financièrement pour vous et pour vos lecteurs?

Qu’est-ce que l’impression à la demande?

Le concept parle de lui-même: en gros, l’impression à la demande consiste à produire un livre non pas en grande quantité comme pour l’édition traditionnelle, mais bien achat par achat. Le livre est imprimé à l’unité pour répondre précisément à une demande sans jamais imposer le moindre stock. En somme, un achat = une impression.

De nombreuses plateformes pour auteurs auto-édités proposent l’impression à la demande. C’est le cas d’Amazon, mais aussi de Lulu, Bookelis, Edilivre…

L’impression à la demande devient intéressante pour les auteurs auto-édités car elle permet de commercialiser des versions papier de ses ouvrages sans que le moindre investissement soit nécessaire. Le coût de l’impression est compris dans le prix de vente et est naturellement déduit de la redevance auteur. Les frais de port sont à la charge du lecteur, qui se fait livrer votre oeuvre directement chez lui.

Pourquoi proposer une version papier de ses livres?

C’est tout bête: le numérique ne fait pas encore l’unanimité. Tout le monde ne dispose pas d’une liseuse, tout le monde ne sait pas qu’il n’est pas nécessaire d’en posséder une pour lire des ebooks et tout le monde ne manifeste pas de l’intérêt pour les livres numériques. Si l’on peut certes « éduquer » son entourage sur la question du numérique, il est impossible de convaincre tout le monde.

Un choix s’impose: renoncer à ces quelques lecteurs qui liront en papier ou ne liront point, ou saisir cette opportunité de s’y mettre. Pourquoi ai-je décidé de proposer une version papier? En voici quelques raisons:

  • Parce que dans le monde de l’auto-édition, chaque lecteur compte. Un lecteur séduit par votre oeuvre pourra vous suivre et lire vos prochains livres. Il pourra en parler autour de lui. Il pourra vous faire des retours précieux pour vous améliorer ou vous remotiver les jours de coup de mou.
  • Parce qu’un livre papier, ça peut se commander pour des bibliothèques municipales ou scolaires. J’ai eu quelques demandes et franchement, la satisfaction de savoir son livre accessible ainsi vaut bien l’effort de créer des versions brochées.
  • Parce qu’un livre papier, c’est par définition matériel et peut se prêter ou s’offrir. Les plus fidèles de vos lecteurs pourront gâter leurs proches et participer à la construction de votre lectorat.
  • Parce que tenir son livre entre ses mains et en faire tourner les pages, c’est sacrément plaisant! 🙂

 

Je note ici que certains auteurs impriment également leurs livres pour les proposer lors des salons ou dans des librairies. Je n’ai pas encore franchi ce cap. L’impression à la demande me suffit mais n’est sans doute pas la solution la plus adaptée pour les auteurs ayant besoin d’effectuer de grosses commandes.

 

Les livres imprimés via Amazon KDP sont-ils de bonne qualité?

 

Oui, à mon humble avis. Pour avoir commandé un exemplaire papier de chaque roman que j’ai publié en version brochée à ce jour, soit 7 livres,  je n’ai jamais observé le moindre défaut d’impression. Pas de traces noires sur les pages, caractères très nets, papier bien blanc, suffisamment épais, marges respectées par rapport au document de base.

Le seul point un peu négatif de l’impression à la demande via KDP, c’est la netteté des couvertures. Je les trouve légèrement pixelisées par endroits, indépendamment de la taille de l’image chargée sur la plateforme. J’ai surtout observé cela sur les couvertures de Sorceraid, qui sont mattes, quand celles de la Trilogie des Oghams étaient brillantes.

Un mot, quand même: je juge l’impression tout aussi professionnelle que celle du temps où j’étais éditée, et dans la mesure où je peux contrôler chaque page via l’outil de publication d’Amazon, je préfère le rendu d’aujourd’hui.

 

 

ezgif.com-video-to-gif.gif

Le service est-il facile à utiliser ?

Facile, oui, au sens où il n’y a pas grand chose de bien compliqué dans les différentes étapes de création du livre broché. L’outil vous attribue un ISBN et met à votre disposition un logiciel de création de couvertures. Vous pouvez prévisualiser le livre et ajuster la mise en page en fonction.

Rapide? Hum, un peu moins. Malgré déjà plusieurs créations, il me faut encore environ une heure par livre broché, sans compter le temps de mise en page.

Ce qui rend la conception si longue, c’est:

  • Le fait que toutes les informations de l’ebook ne soient pas automatiquement reprises, d’où une saisie manuelle des détails du livre broché (catégories, synopsis, etc.) pourtant relié à l’ebook
  • L’outil de prévisualisation est puissant et vous donne une image très proche de ce que le livre donnera sur papier, avec ses marges, ses caractères imprimés, etc., mais la génération de cet aperçu prend énormément de temps. L’outil vérifie si la taille de l’objet livre et celle des pages du fichier de base sont compatibles, vérifie la pagination, les marges, la bonne application de la couverture…  et cela à chaque modification apportée. Il faut être patient.
  • La nécessité de vérifier chaque page sur l’outil de prévisualisation, au cas où une page blanche s’introduirait entre deux chapitres, au cas où il manquerait une page blanche pour séparer des sections (je veux que certains éléments tels que les copyrights ou les remerciements apparaissent à droite, par exemple), au cas où une page ne se composerait que d’un mot ou deux (la poisse!).

Le service est-il intéressant financièrement pour vous et pour vos lecteurs?

Pour les lecteurs:

Honnêtement, si vous calez vos tarifs sur le marché, le lecteur s’y retrouve. Pour ma part je suis sans doute dans la fourchette haute des prix . Quand j’aurai un peu de temps, je  voudrais faire une vraie étude. Toutefois, je pense qu’un lecteur qui lit sur papier est prêt à investir pour l’objet livre.

Pour les auteurs:

Personnellement, je pense que oui. L’auteur fixe le tarif et peut le moduler en fonction du nombre de pages à imprimer (qui engendre des coûts de production) et la redevance qu’il souhaite percevoir.

Je vous donne deux exemples très concrets tirés de l’impression à la demande de Sorceraid.

Exemple 1: Le Fantôme de Waterlow

Prix de vente: 9,45€ – 8,96€ en HT, qui est le prix de référence lorsque la version brochée est créée

Nombre de pages de la version imprimée: 148

Coût d’impression: 2,38€

Redevance auteur accordée par Amazon: 60% (ce qui est vraiment bien, au passage)

Redevance concrète: 3,00€ par exemplaire vendu (c’est plus que sur la version numérique)

Apparemment le calcul s’effectue ainsi: (8,96 * 0,6) – 2,38 = 2,996 soit 3,00

Exemple 2: L’Intégrale Saison 1

Prix de vente: 21,90€ – 20,76€ en HT

Nombre de pages de la version imprimée: 498

Coût d’impression: 6,58€

Redevance auteur accordée par Amazon: 60% (ce qui est vraiment bien, au passage)

Redevance concrète: 5,88€ par exemplaire vendu

 

 

Après, combien de ventes papier faut-il espérer? Vaste sujet. De mon côté, j’en compte 1 ou 2 par mois. Pas de quoi devenir millionnaire, mais ma foi, c’est toujours bon de savoir que son livre va rejoindre une bibliothèque ! 🙂

29 commentaires sur « (Avis) J’ai testé l’impression à la demande sur Amazon »

  1. Bonjour, votre article est très intéressant.
    J’ai une petite question, concernant le dépôt légal. Comment avez-vous fait ?
    Car, il faut envoyer un exemplaire le jour de sa parution, pour autant avec l’impression à la demande ce n’est pas vraiment possible. Merci de votre retour.

    1. Bonsoir Stéphanie, merci pour votre commentaire. En effet, avec l’impression à la demande il y a un délai lié à la réception du livre qui vous empêche de réaliser le dépôt légal le jour de sa sortie. Pour ma part, aucun de mes dépôts légaux n’a été fait exactement à la sortie des livres concernés et cela n’a pas posé de problème. Ne vous inquiétez donc pas trop. En remplissant le formulaire du dépôt, vous déclarerez la date de parution réelle et c’est cette date qui fera foi, pas celle de la réception du livre par la BnF.

  2. Bonjour,
    Avez-vous commandé des exemplaires d’auteurs?
    En fait, je comptais me trouver un imprimeur local qui m’a fait une estimé par livre de plus de 14$ !!!! (250 pages, bien ordinaire). Amazon offre d’acheter des « exemplaires destinés à l’auteur » au prix d’impression + taxes + coût de livraison. Cela me ferait un livre entre 5 et 6$.
    Avez-vous essayer cette possibilité? Est-ce que j’oublie un détail dans mes calculs?
    Merci

    1. Bonjour, merci pour votre commentaire. J’ai commandé très peu d’exemplaires auteurs car je ne fais pas de salon. Je n’en ai donc pas vraiment eu le besoin. Mes lecteurs achètent directement sur Amazon, cela facilite le processus.
      Mes achats ayant été ponctuels, j’ai procédé comme une acheteuse lambda. J’ai payé le prix public pour acquérir ces exemplaires et ai perçu ma commission habituelle sur ces achats, récupérant ainsi ma part auteur.
      Si vous désirez faire imprimer un nombre assez conséquent d’exemplaires, il existe des sociétés qui offrent des tarifs intéressants. 14$, ça me semble très onéreux.
      N’hésitez pas à aller flâner sur des groupes Facebook pour auteurs indépendants, la question des impressions y revient régulièrement. Je peux vous en recommander un ou deux que je suis attentivement, si vous le désirez.

  3. Bonjour Lenalucily,
    Article intéressant et très concret pour ceux qui aspirent à publier leur oeuvre.
    Ayant déjà publié un livre sur Amazon dont le résultat m’a déçu (texte trop près du bord, police pas assez grosse ni foncée), je voulais savoir, pour mon prochain livre, si vous metez en place des paramètres particuliers sur le fichier word de base (marge, taille de police…)
    Merci d’avance
    Hocine

    1. Bonjour Hocine,
      Je garde une marge de 2,5 cm de chaque côté. Interligne 1 ou 1,15 et il me semble que la police est paramétrée en Times New Roman taille 11, noir.
      Je fais aussi bien attention à paramétrer mon document Word à la taille de la page papier du futur livre (je ne reste pas en A4).
      N’hésitez pas si vous souhaitez que je jette un coup d’oeil à votre document avant chargement sur Amazon.
      Bonne journée !
      Léna

  4. Bonjour et merci pour votre retour d’expérience. J’avais une question quant à la diffusion via les fournisseurs. Vous évoquez les bibliothèques qui achètent souvent chez un fournisseur type Decitre. Savez-vous si les titres imprimés chez Amazon sont automatiquement présents sur les catalogues fournisseurs ? Comment ça se passe dans le cas contraire, sachant qu’une bibliothèque doit obligatoirement passer par un marché public ?
    Merci pour votre réponse éventuelle et bonne continuation.

    1. Bonjour Dampmart et merci pour votre commentaire. Les titres imprimés chez Amazon ne sont pas référencés dans les catalogues, malheureusement, mais sauf erreur de ma part, d’autres services d’impression à la demande proposent ce service (qui devient alors payant). Je m’étais renseignée du côté de Book On Demand mais j’avais trouvé les tarifs trop importants (tarif par titre et par an… or je publie des séries et référencer 14 ouvrages représentait une belle somme).
      J’avais lu qu’il existait des astuces pour référencer soi-même ses titres, je vais essayer de retrouver ça et de compléter ce commentaire.
      Très belle journée à vous!

  5. Très intéressant ce compte rendu du test de l’impression à la demande Amazon. Ce n’est pas un sujet qui inspire google, semble-t-il. Heureusement je suis tombé sur ce blog. Je me tâtais entre faire imprimer mon bouquin par d’autre site qu’Amazon. Et je suis relativement convaincu par la qualité montrée sur ton article. En revanche, le côté pixellisé de la couv que tu évoques me fais hésiter. J’ai banqué pour avoir une couverture pro et ça m’ennuierait de la voir saccagée par une mauvaise impression ! J’ai aussi une question sur les différents formats proposés par Amazon (ton livre en Gif semble assez grand). Y a t il un format poche (genre folio) ? Quels sont les différents formats qu’Amazon propose à l’impression ? Merci par avance pour tes lumières expertes. 🙂

    1. Bonjour, merci pour cet avis 🙂 Il se peut que les couvertures pixélisées l’aient été parce que ma couverture de base n’était pas d’assez bonne résolution. Ce qui est étonnant c’est que ce constat ne s’appliquait pas sur toutes mes couvertures : certaines étaient très nettes, vraiment super rendu, et d’autres beaucoup moins. J’ai eu de nouveau ce souci sur mon dernier livre paru chez Amazon, la couverture faisait moins bien ressortir le contraste que l’image de base. J’avais là encore une couverture matte donc c’est peut-être le dénominateur commun?
      Concernant les formats, plusieurs sont proposés par Aamzon, du grand format et du poche. Sauf erreur de ma part, ils proposent des standards américains. Le mieux est de mesurer quelle taille vous intéresse et choisir le format le plus proche dans la liste.
      J’ajouterais enfin qu’il faut choisir le format et le pelliculage (mat ou brillant) en amont car une fois ce choix réalisé, il n’est plus possible de modifier les paramètres.
      En espérant que cela vous aide !

      1. Merci pour cette réponse. Je vais suivre vos conseils et choisir le pelliculage « brillant » dans le doute… C’est une première auto-édition pour moi et tout ça est un peu angoissant. Surtout le côté visuel qui n’est pas vraiment mon rayon (jaune ou blanc le fond ? Rouge ou bleu le titre ? AARRRRgggg… Pourquoi tant de choix à faire ! 😉 ) Merci encore. Longue vie à ce blog. 🙂

      2. Voilà un petit mot qui me fait bien plaisir car ce blog n’est pas si facile à tenir ! 🙂 Ravie d’avoir pu aider. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions ou envie d’un 2 coup d’oeil. De manière générale, vous allez voir qu’avec l’auto-édition, il faut beaucoup tester et tâtonner. Ca rend la démarche à la fois passionnante, enrichissante et parfois très frustrante !

  6. Bonjour et merci de votre blog
    Une question. Pour la relecture au niveau de l’orthographe (grammaire, style, ponctuation et typographie) comment avez vous fait ? Avez-vous fait appelle à un relecteur pro ? Qui a relu votre manuscrit ?
    Merci

    1. Bonjour, merci pour ce commentaire !
      La relecture orthographique est un enjeu crucial. Un livre qui contient trop de fautes, de coquilles ou de mots oubliés peut vous faire perdre définitivement des lecteurs. Vous avez donc raison de vous en soucier.
      Pour ma part, je ne suis pas passée par un relecteur pro mais je n’exclus pas de le faire un jour. Ayant travaillé dans la traduction à une époque, j’ai la chance de commettre peu de fautes moi-même et d’être entourée de plusieurs personnes dont l’oeil est très fin. A chaque parution, j’effectue au moins 3 relectures et je tâche d’obtenir 3 relectures par un œil extérieur.
      Si vous recherchez un professionnel, je vous conseille de vous balader sur les groupes Facebook, notamment « Auteurs Indépendants sur Kindle » et de faire une recherche en tapant « relecteur ». Les auteurs qui ont eu recours à ce service pourront vous donner des conseils et vous orienter vers les pro qui leur ont fourni un travail satisfaisant.
      Bonne journée ! 🙂

  7. Bonjour,
    super article , j’ai été voir sur le site d’amazon mais il n’y a aucun détails/info ,
    un peu comme ci leur service avait été abandonné ?!
    Je serais intéréssé par un format A4 avec des photos .
    Quelques questions en vrac si jamais tu as des réponses , dsl pour le flot .. 🙂

    Est il possible d’opter pour une couverture reliée (plus épais et cartonné que broché ) ?
    Est ce que les livres se retrouvent dans leur stock en « prime » ?
    Est ce qu’un livre écrit en anglais se retrouverait dispo sur amazon us (ou n’importe quel pays anglophone) ?
    Une fois le livre crée as tu la possibilité de choisir les pays de vente concernés dans l’interface ?
    Je crois comprendre dans ton billet qu’il prenne 40% + les frais liés à l’impression , est ce que c’est eux qui gère la TVA ou faut il la déclarer de son coté ?

    Rien que ca mais cela devrait aussi servir à d’autre ! 🙂
    Jess

    1. Bonjour Jess,
      Amazon n’a pas abandonné son service. Dans Amazon KDP, il faut créer une version brochée pour accéder à cette fonctionnalité. J’ignore comment rendent les livres avec photos car pour ma part je ne publie que des romans. Si l’accent est mis sur la qualité de la photographie plus que le texte, je ne suis pas certaine qu’il s’agisse du meilleur prestataire car Amazon a surtout vocation à publier du texte.
      Sur Amazon : les couvertures seront uniquement brochées. Pour des couvertures plus rigides, je sais que le site Lulu.com propose des options. Il y a un format proche du A4 (21 x 27).
      Sur Amazon, les livres auto-publiés ne sont pas disponibles sur Prime puisqu’il faut prendre en compte le temps d’impression (on est sur de l’impression à la demande donc pas de stock expédiable aussi rapidement que ne l’impose Prime).
      Pour toute publication, l’auteur choisit son marché de base donc on peut sélectionner Amazon US ou UK, en fonction de sa préférence. Idem pour les pays de vente, il me semble.
      Enfin, pour la question de la TVA, pour ma part je ne déclare rien. Je n’ai pas encore le statut d’auto-entrepreneuse donc je déclare simplement mes revenus dans mes fiches d’impôts sans me soucier de TVA prélevée ou reversée. Je pense que sur Amazon la question ne se pose pas puisque le consommateur achète en TTC (donc Amazon reverse la TVA).

      J’espère que cela répond à tes questions !
      Léna

  8. « Je n’ai pas encore le statut d’auto-entrepreneuse »
    Ah zut ! je voulais savoir quelle statut tu avais.
    Visiblement ce n’est donc pas gênant de ne pas en avoir ? Que compte-tu faire dans l’avenir ? Quel conseil tu donnerais.

  9. Finalement, pour le statut je me suis renseigné. Lorsqu’on est auteur débutant et que l’on fait un très faible bénéfice, il y a une tolérance juridique (jurisprudence) qui dit qu’il n’est pas utile de prendre le statut d’auto entrepreneur et donc d’être référencé à l’Urssaf.
    > … Je n’ai pas encore le statut d’auto-entrepreneuse
    Donc tu as eu raison de ne rien faire. Il n’y a que les impôts pour qui c’est important.
    > … pour la question de la TVA
    Avec le statut d’auto entrepreneur, il n’y a pas de gestion de TVA

    1. Bonjour Vincent,
      Je vois que ce commentaire est resté sans réponse, excusez-moi !
      Effectivement, j’en étais arrivée aux mêmes conclusions que vous : qu’il y a une tolérance pour les faibles revenus. Je déclare mes gains via une autre case dans les impôts depuis désormais 2 ans, pas de souci à ce jour.
      J’espère que vous avez pu avancer dans votre démarche !

  10. Bonjour Léna,

    Voilà des années que j’ai recours à une entreprise d’autoédition, mais j’habite au Québec et expédier mes livres en France (là où ils reçoivent le meilleur écho) coûte une fortune. J’ai donc pensé à Amazon pour contourner ce problème. Seulement, certains aspects techniques me font hésiter, et j’aurais quelques questions :

    1) Les pages du manuscrit doivent-elle être exactement de la dimension du livre fini ? Cela supposerait alors (pour un format standard de roman) de présenter le manuscrit en mode paysage avec deux pages en vis à vis, et des marges différentes pour l’intérieur et l’extérieur, pour tenir compte de la reliure.

    2) Le livre fini est-il un calque parfait du manuscrit ? Je veux dire que ce qui est en gras, en italique, centré ou non, dimension du lettrage, etc. apparaîtra tel quel ?

    3) La couverture doit-elle être formatée d’avance pour la dimension du livre (fichier photoshop avec les marques pour l’épine, entre autres) ou la maquette sera-t-elle ajustée à l’impression ?

    4) Supposons que le résultat soit vraiment raté. Est-ce que je peux annuler la publication, ou retirer le livre juste après la publication, pour éviter de répandre des exemplaires qui me feraient honte ?

    Merci d’avance pour vos précieux conseils. Votre blogue est le plus inspirant que j’aie consulté !

    Chantal

    1. Bonjour Chantal,

      Merci pour ce beau commentaire et vos encouragements ! 🙂 Ca me fait très plaisir !

      Je vais prendre le temps de répondre à vos différentes questions mais cela va nécessiter un petit pavé ! Une information, en tout cas, à avoir en tête : le système de formattage d’Amazon est très puissant. Même si votre fichier est imparfait, le système va le modifier pour le faire rentrer dans les normes. Ce qui veut dire que vous avez le droit à l’imprécision voire à l’erreur ! Par ailleurs vous pourrez tout visualiser avant approbation. C’est contre-intuitif, mais pour une fois : ayez confiance en la puissance d’Amazon ! 😉

      1) Concernant la mise en page de votre fichier :
      Il ne sera pas nécessaire de le paramétrer sur 2 pages en vis-à-vis. En revanche, choisissez la taille de votre livre et réglez votre page en fonction (par exemple si votre livre fait 14,8 x 21 cm, paramétrez la taille de votre page word ainsi). Concernant les marges : il me semble qu’Amazon vous signalera tout souci de marges. Pour ma part je fais en sorte qu’elles soit suffisantes de chaque côté pour permettre la lecture en dépit de la pliure. Encore une fois, Amazon appliquera des mesures correctives si le système estime que du côté de la pliure c’est trop juste.

      2) Le livre fini est-il un calque parfait du point de vue mise en page :
      Oui ! Le gras reste gras, l’italique reste italique. Point de vigilance si vous utilisez une police spéciale : ne l’ayant jamais fait, j’ignore si Amazon reconnait toutes les polices. Ma supposition est que dans le cas contraire, le système remplacera la police par une autre… A noter : dans l’un de mes livres j’ai même inséré une image et pas de souci de ce point de vue, ça a marché.

      3) La couverture doit-elle être formattée d’avance ?
      Hum… oui et non ! Oui si vous avez un visuel de 1e et 4e de couverture bien défini. Dans tous les cas ma recommandation est de télécharger dans l’assistance Amazon KDP les pochoirs/templates (j’utilise ce terme à défaut d’un meilleur) qui vous indiquent les marques de pliure, de découpe, le cadre réservé au code barre… le tout en fonction de la taille et de l’épaisseur de votre livre. D’où l’intérêt de bien paramétrer la taille de vos pages sous word : vous aurez ainsi le nombre exact de pages dans la version papier et Amazon pourra vous fournir un template à la bonne épaisseur pour que vous paramétriez votre visuel (la largeur de la tranche évoluant évidemment en fonction de l’épaisseur sur livre).
      J’ai produit un guide sur les couvertures qui évoque la question du système de création de couvertures sur Amazon, n’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil. Il est accessible gratuitement à divers endroits de mon site.
      Dans tous les cas : tout est visualisable dans l’outil et ajustable.

      4) Pouvez-vous retirer le livre de la vente ?
      Oui, vous pouvez retirer n’importe quel ouvrage de la vente. Il se peut que vous deviez en faire la demande une fois par pays (Amazon.fr, Amazon.com, Amazon.ca, Amazon.it, etc.). Si tel est le cas, sachez que le service client Amazon KDP est très réactif. Ils ont toujours solutionné mes problèmes et répondu à mes questions.

      Ma recommandation : lancez-vous et revenez-vers moi si d’autres questions vous viennent au moment de paramétrer votre fichier word ou votre livre sur la plateforme. Amazon fait en sorte de faciliter les procédures. Une fois qu’on a compris comment marche le système, je trouve que c’est la plateforme la plus performante. Pour ma part je ne vends quasiment que via Amazon et j’en suis très satisfaite. Il a pu arriver malheureusement que certains livres arrivent avec un souci de découpe… mais j’ai l’impression que ce sont des cas assez isolés ? En tout cas je n’ai eu vent de ce souci sur mes livres qu’une seule fois.

      Bon courage ! 🙂

      1. Un immense merci, Léna ! En plus de répondre à mes interrogations, vous me donnez le courage de me lancer dans l’immensité amazonienne. Si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer.
        C.G.

  11. Bonjour Léna
    Une question : marques-tu sur la 4e de couverture le prix du livre TTC ?
    Normalement c’est obligé (imprimé directement ou étiqueté), mais vu que la vente ne se fait que par internet, et que les taxes varient d’un pays à l’autre. Est-ce encore utile de la faire à notre époque.
    J’ai acheté il y a un an un livre auto-édité par amazon, dont l’auteur est italien (livre traduit en français), et le prix n’y figurait pas.
    Peut-être faut-il préciser « prix pour la France » ?
    Quand penses-tu ?

    1. Bonsoir Vincent,
      Il m’a fallu du temps pour le faire systématiquement pour la simple et bonne raison que j’ai mis du temps à y voir clair dans ce que je voulais du point de vue tarifaire. Désormais j’indique bel et bien le prix en TTC au pied de la couverture. Je note « Prix France » pour clarifier les doutes mais en réalité, comme je ne vends quasiment que sur Amazon, Amazon adapte ses tarifs aux lois des pays. Le lecteur d’un autre pays a donc accès aux prix qui le concernent.
      Léna

  12. Suite de mon message
    Finalement, j’ai vu sur un livre chez moi, les éditeurs marquent après le prix « prix France TTC », comme ça c’est claire.

    1. Bonsoir Vincent,
      Effectivement le mieux est de reproduire ce que tu peux lire sur des livres édités par les maisons traditionnelles ! T’attends-tu à beaucoup de ventes à l’étranger ? Pour ma part j’ai tendance à me dire qu’elles seront (et sont, de fait) anecdotiques. Je n’en tiens pas vraiment compte dans mes choix.
      Léna

  13. Bonjour,

    j’envisage de me lancer sur KDP…Une petite question : les exemplaires auteurs ne sont pas, je suppose, comptabilisés dans les ventes (donc dans le classement sur amazon)? Peut-on commander plusieurs exemplaires, en tant que simple client? Merci à vous pour cette page très complète.
    Valérie

    1. Bonjour Valérie,
      Merci pour votre commentaire. Vous pouvez commander des exemplaires en tant que simple client, sans problème ! Vous récupérerez alors votre marge en tant que royalties KDP et votre achat comptera (je suppose) dans le classement. Néanmoins l’impact sur le classement sera sans doute mineur car non-inscrit dans la durée.
      Bonne soirée,
      Léna

Répondre à jess Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.