J’ai testé l’impression à la demande sur Amazon et publié mes livres auto-édités en version papier

Cela fait un moment que j’ai recours à l’impression à la demande pour publier mes livres en version papier. On trouve toujours dans son lectorat des amateurs de pages blanches qui sentent bon le livre fraîchement acheté! J’ai testé le service d’impression à la demande proposé par Amazon après des années de fidélité au site Lulu.com et j’en suis plutôt satisfaite.

Vous trouverez ci-dessous un avis plus détaillé sur la base de 5 questions:

  • L’impression à la demande, c’est quoi?
  • Pourquoi proposer une version papier de ses livres?
  • La qualité des impressions est-elle au rendez-vous?
  • Le service est-il facile à utiliser pour un auteur lambda?
  • Le service est-il intéressant financièrement pour vous et pour vos lecteurs?

Qu’est-ce que l’impression à la demande?

Le concept parle de lui-même: en gros, l’impression à la demande consiste à produire un livre non pas en grande quantité comme pour l’édition traditionnelle, mais bien achat par achat. Le livre est imprimé à l’unité pour répondre précisément à une demande sans jamais imposer le moindre stock. En somme, un achat = une impression.

De nombreuses plateformes pour auteurs auto-édités proposent l’impression à la demande. C’est le cas d’Amazon, mais aussi de Lulu, Bookelis, Edilivre…

L’impression à la demande devient intéressante pour les auteurs auto-édités car elle permet de commercialiser des versions papier de ses ouvrages sans que le moindre investissement soit nécessaire. Le coût de l’impression est compris dans le prix de vente et est naturellement déduit de la redevance auteur. Les frais de port sont à la charge du lecteur, qui se fait livrer votre oeuvre directement chez lui.

Pourquoi proposer une version papier de ses livres?

C’est tout bête: le numérique ne fait pas encore l’unanimité. Tout le monde ne dispose pas d’une liseuse, tout le monde ne sait pas qu’il n’est pas nécessaire d’en posséder une pour lire des ebooks et tout le monde ne manifeste pas de l’intérêt pour les livres numériques. Si l’on peut certes « éduquer » son entourage sur la question du numérique, il est impossible de convaincre tout le monde.

Un choix s’impose: renoncer à ces quelques lecteurs qui liront en papier ou ne liront point, ou saisir cette opportunité de s’y mettre. Pourquoi ai-je décidé de proposer une version papier? En voici quelques raisons:

  • Parce que dans le monde de l’auto-édition, chaque lecteur compte. Un lecteur séduit par votre oeuvre pourra vous suivre et lire vos prochains livres. Il pourra en parler autour de lui. Il pourra vous faire des retours précieux pour vous améliorer ou vous remotiver les jours de coup de mou.
  • Parce qu’un livre papier, ça peut se commander pour des bibliothèques municipales ou scolaires. J’ai eu quelques demandes et franchement, la satisfaction de savoir son livre accessible ainsi vaut bien l’effort de créer des versions brochées.
  • Parce qu’un livre papier, c’est par définition matériel et peut se prêter ou s’offrir. Les plus fidèles de vos lecteurs pourront gâter leurs proches et participer à la construction de votre lectorat.
  • Parce que tenir son livre entre ses mains et en faire tourner les pages, c’est sacrément plaisant! 🙂

 

Je note ici que certains auteurs impriment également leurs livres pour les proposer lors des salons ou dans des librairies. Je n’ai pas encore franchi ce cap. L’impression à la demande me suffit mais n’est sans doute pas la solution la plus adaptée pour les auteurs ayant besoin d’effectuer de grosses commandes.

 

Les livres imprimés via Amazon KDP sont-ils de bonne qualité?

 

Oui, à mon humble avis. Pour avoir commandé un exemplaire papier de chaque roman que j’ai publié en version brochée à ce jour, soit 7 livres,  je n’ai jamais observé le moindre défaut d’impression. Pas de traces noires sur les pages, caractères très nets, papier bien blanc, suffisamment épais, marges respectées par rapport au document de base.

Le seul point un peu négatif de l’impression à la demande via KDP, c’est la netteté des couvertures. Je les trouve légèrement pixelisées par endroits, indépendamment de la taille de l’image chargée sur la plateforme. J’ai surtout observé cela sur les couvertures de Sorceraid, qui sont mattes, quand celles de la Trilogie des Oghams étaient brillantes.

Un mot, quand même: je juge l’impression tout aussi professionnelle que celle du temps où j’étais éditée, et dans la mesure où je peux contrôler chaque page via l’outil de publication d’Amazon, je préfère le rendu d’aujourd’hui.

 

 

ezgif.com-video-to-gif.gif

Le service est-il facile à utiliser ?

Facile, oui, au sens où il n’y a pas grand chose de bien compliqué dans les différentes étapes de création du livre broché. L’outil vous attribue un ISBN et met à votre disposition un logiciel de création de couvertures. Vous pouvez prévisualiser le livre et ajuster la mise en page en fonction.

Rapide? Hum, un peu moins. Malgré déjà plusieurs créations, il me faut encore environ une heure par livre broché, sans compter le temps de mise en page.

Ce qui rend la conception si longue, c’est:

  • Le fait que toutes les informations de l’ebook ne soient pas automatiquement reprises, d’où une saisie manuelle des détails du livre broché (catégories, synopsis, etc.) pourtant relié à l’ebook
  • L’outil de prévisualisation est puissant et vous donne une image très proche de ce que le livre donnera sur papier, avec ses marges, ses caractères imprimés, etc., mais la génération de cet aperçu prend énormément de temps. L’outil vérifie si la taille de l’objet livre et celle des pages du fichier de base sont compatibles, vérifie la pagination, les marges, la bonne application de la couverture…  et cela à chaque modification apportée. Il faut être patient.
  • La nécessité de vérifier chaque page sur l’outil de prévisualisation, au cas où une page blanche s’introduirait entre deux chapitres, au cas où il manquerait une page blanche pour séparer des sections (je veux que certains éléments tels que les copyrights ou les remerciements apparaissent à droite, par exemple), au cas où une page ne se composerait que d’un mot ou deux (la poisse!).

Le service est-il intéressant financièrement pour vous et pour vos lecteurs?

Pour les lecteurs:

Honnêtement, si vous calez vos tarifs sur le marché, le lecteur s’y retrouve. Pour ma part je suis sans doute dans la fourchette haute des prix . Quand j’aurai un peu de temps, je  voudrais faire une vraie étude. Toutefois, je pense qu’un lecteur qui lit sur papier est prêt à investir pour l’objet livre.

Pour les auteurs:

Personnellement, je pense que oui. L’auteur fixe le tarif et peut le moduler en fonction du nombre de pages à imprimer (qui engendre des coûts de production) et la redevance qu’il souhaite percevoir.

Je vous donne deux exemples très concrets tirés de l’impression à la demande de Sorceraid.

Exemple 1: Le Fantôme de Waterlow

Prix de vente: 9,45€ – 8,96€ en HT, qui est le prix de référence lorsque la version brochée est créée

Nombre de pages de la version imprimée: 148

Coût d’impression: 2,38€

Redevance auteur accordée par Amazon: 60% (ce qui est vraiment bien, au passage)

Redevance concrète: 3,00€ par exemplaire vendu (c’est plus que sur la version numérique)

Apparemment le calcul s’effectue ainsi: (8,96 * 0,6) – 2,38 = 2,996 soit 3,00

Exemple 2: L’Intégrale Saison 1

Prix de vente: 21,90€ – 20,76€ en HT

Nombre de pages de la version imprimée: 498

Coût d’impression: 6,58€

Redevance auteur accordée par Amazon: 60% (ce qui est vraiment bien, au passage)

Redevance concrète: 5,88€ par exemplaire vendu

 

 

Après, combien de ventes papier faut-il espérer? Vaste sujet. De mon côté, j’en compte 1 ou 2 par mois. Pas de quoi devenir millionnaire, mais ma foi, c’est toujours bon de savoir que son livre va rejoindre une bibliothèque ! 🙂

15 commentaires sur « (Avis) J’ai testé l’impression à la demande sur Amazon »

  1. Bonjour, votre article est très intéressant.
    J’ai une petite question, concernant le dépôt légal. Comment avez-vous fait ?
    Car, il faut envoyer un exemplaire le jour de sa parution, pour autant avec l’impression à la demande ce n’est pas vraiment possible. Merci de votre retour.

    J'aime

    1. Bonsoir Stéphanie, merci pour votre commentaire. En effet, avec l’impression à la demande il y a un délai lié à la réception du livre qui vous empêche de réaliser le dépôt légal le jour de sa sortie. Pour ma part, aucun de mes dépôts légaux n’a été fait exactement à la sortie des livres concernés et cela n’a pas posé de problème. Ne vous inquiétez donc pas trop. En remplissant le formulaire du dépôt, vous déclarerez la date de parution réelle et c’est cette date qui fera foi, pas celle de la réception du livre par la BnF.

      J'aime

  2. Bonjour,
    Avez-vous commandé des exemplaires d’auteurs?
    En fait, je comptais me trouver un imprimeur local qui m’a fait une estimé par livre de plus de 14$ !!!! (250 pages, bien ordinaire). Amazon offre d’acheter des « exemplaires destinés à l’auteur » au prix d’impression + taxes + coût de livraison. Cela me ferait un livre entre 5 et 6$.
    Avez-vous essayer cette possibilité? Est-ce que j’oublie un détail dans mes calculs?
    Merci

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour votre commentaire. J’ai commandé très peu d’exemplaires auteurs car je ne fais pas de salon. Je n’en ai donc pas vraiment eu le besoin. Mes lecteurs achètent directement sur Amazon, cela facilite le processus.
      Mes achats ayant été ponctuels, j’ai procédé comme une acheteuse lambda. J’ai payé le prix public pour acquérir ces exemplaires et ai perçu ma commission habituelle sur ces achats, récupérant ainsi ma part auteur.
      Si vous désirez faire imprimer un nombre assez conséquent d’exemplaires, il existe des sociétés qui offrent des tarifs intéressants. 14$, ça me semble très onéreux.
      N’hésitez pas à aller flâner sur des groupes Facebook pour auteurs indépendants, la question des impressions y revient régulièrement. Je peux vous en recommander un ou deux que je suis attentivement, si vous le désirez.

      J'aime

  3. Bonjour Lenalucily,
    Article intéressant et très concret pour ceux qui aspirent à publier leur oeuvre.
    Ayant déjà publié un livre sur Amazon dont le résultat m’a déçu (texte trop près du bord, police pas assez grosse ni foncée), je voulais savoir, pour mon prochain livre, si vous metez en place des paramètres particuliers sur le fichier word de base (marge, taille de police…)
    Merci d’avance
    Hocine

    J'aime

    1. Bonjour Hocine,
      Je garde une marge de 2,5 cm de chaque côté. Interligne 1 ou 1,15 et il me semble que la police est paramétrée en Times New Roman taille 11, noir.
      Je fais aussi bien attention à paramétrer mon document Word à la taille de la page papier du futur livre (je ne reste pas en A4).
      N’hésitez pas si vous souhaitez que je jette un coup d’oeil à votre document avant chargement sur Amazon.
      Bonne journée !
      Léna

      J'aime

  4. Bonjour et merci pour votre retour d’expérience. J’avais une question quant à la diffusion via les fournisseurs. Vous évoquez les bibliothèques qui achètent souvent chez un fournisseur type Decitre. Savez-vous si les titres imprimés chez Amazon sont automatiquement présents sur les catalogues fournisseurs ? Comment ça se passe dans le cas contraire, sachant qu’une bibliothèque doit obligatoirement passer par un marché public ?
    Merci pour votre réponse éventuelle et bonne continuation.

    J'aime

    1. Bonjour Dampmart et merci pour votre commentaire. Les titres imprimés chez Amazon ne sont pas référencés dans les catalogues, malheureusement, mais sauf erreur de ma part, d’autres services d’impression à la demande proposent ce service (qui devient alors payant). Je m’étais renseignée du côté de Book On Demand mais j’avais trouvé les tarifs trop importants (tarif par titre et par an… or je publie des séries et référencer 14 ouvrages représentait une belle somme).
      J’avais lu qu’il existait des astuces pour référencer soi-même ses titres, je vais essayer de retrouver ça et de compléter ce commentaire.
      Très belle journée à vous!

      J'aime

  5. Très intéressant ce compte rendu du test de l’impression à la demande Amazon. Ce n’est pas un sujet qui inspire google, semble-t-il. Heureusement je suis tombé sur ce blog. Je me tâtais entre faire imprimer mon bouquin par d’autre site qu’Amazon. Et je suis relativement convaincu par la qualité montrée sur ton article. En revanche, le côté pixellisé de la couv que tu évoques me fais hésiter. J’ai banqué pour avoir une couverture pro et ça m’ennuierait de la voir saccagée par une mauvaise impression ! J’ai aussi une question sur les différents formats proposés par Amazon (ton livre en Gif semble assez grand). Y a t il un format poche (genre folio) ? Quels sont les différents formats qu’Amazon propose à l’impression ? Merci par avance pour tes lumières expertes. 🙂

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour cet avis 🙂 Il se peut que les couvertures pixélisées l’aient été parce que ma couverture de base n’était pas d’assez bonne résolution. Ce qui est étonnant c’est que ce constat ne s’appliquait pas sur toutes mes couvertures : certaines étaient très nettes, vraiment super rendu, et d’autres beaucoup moins. J’ai eu de nouveau ce souci sur mon dernier livre paru chez Amazon, la couverture faisait moins bien ressortir le contraste que l’image de base. J’avais là encore une couverture matte donc c’est peut-être le dénominateur commun?
      Concernant les formats, plusieurs sont proposés par Aamzon, du grand format et du poche. Sauf erreur de ma part, ils proposent des standards américains. Le mieux est de mesurer quelle taille vous intéresse et choisir le format le plus proche dans la liste.
      J’ajouterais enfin qu’il faut choisir le format et le pelliculage (mat ou brillant) en amont car une fois ce choix réalisé, il n’est plus possible de modifier les paramètres.
      En espérant que cela vous aide !

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour cette réponse. Je vais suivre vos conseils et choisir le pelliculage « brillant » dans le doute… C’est une première auto-édition pour moi et tout ça est un peu angoissant. Surtout le côté visuel qui n’est pas vraiment mon rayon (jaune ou blanc le fond ? Rouge ou bleu le titre ? AARRRRgggg… Pourquoi tant de choix à faire ! 😉 ) Merci encore. Longue vie à ce blog. 🙂

        J'aime

      2. Voilà un petit mot qui me fait bien plaisir car ce blog n’est pas si facile à tenir ! 🙂 Ravie d’avoir pu aider. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions ou envie d’un 2 coup d’oeil. De manière générale, vous allez voir qu’avec l’auto-édition, il faut beaucoup tester et tâtonner. Ca rend la démarche à la fois passionnante, enrichissante et parfois très frustrante !

        J'aime

  6. Bonjour et merci de votre blog
    Une question. Pour la relecture au niveau de l’orthographe (grammaire, style, ponctuation et typographie) comment avez vous fait ? Avez-vous fait appelle à un relecteur pro ? Qui a relu votre manuscrit ?
    Merci

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour ce commentaire !
      La relecture orthographique est un enjeu crucial. Un livre qui contient trop de fautes, de coquilles ou de mots oubliés peut vous faire perdre définitivement des lecteurs. Vous avez donc raison de vous en soucier.
      Pour ma part, je ne suis pas passée par un relecteur pro mais je n’exclus pas de le faire un jour. Ayant travaillé dans la traduction à une époque, j’ai la chance de commettre peu de fautes moi-même et d’être entourée de plusieurs personnes dont l’oeil est très fin. A chaque parution, j’effectue au moins 3 relectures et je tâche d’obtenir 3 relectures par un œil extérieur.
      Si vous recherchez un professionnel, je vous conseille de vous balader sur les groupes Facebook, notamment « Auteurs Indépendants sur Kindle » et de faire une recherche en tapant « relecteur ». Les auteurs qui ont eu recours à ce service pourront vous donner des conseils et vous orienter vers les pro qui leur ont fourni un travail satisfaisant.
      Bonne journée ! 🙂

      J'aime

Répondre à Roger Mathieu Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s